• archives1.jpg
  • archives3.jpg
  • archives2.jpg

Accéder aux archives

Les archives

archives.jpg

archives.jpg, par Csquassina

Les archives municipales constituent la mémoire collective d'une ville. Aujourd’hui mutualisées entre celles de la Ville de Cahors et le Grand Cahors, elles rassemblent les documents publics des institutions et ceux d’origine privée (particuliers, associations, entreprises). Les archives des communes du Grand Cahors sont consultables auprès des communes concernées ou aux Archives départementales du Lot pour celles de moins de 2 000 habitants.

Consulter les archives en salle de lecture 

L'accès à la salle de lecture est gratuit et ouvert à tous après inscription, sur présentation d’une pièce d’identité valide avec photographie (carte d’identité, passeport, permis de conduire). Les archives sont ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 (17h le vendredi). 

Il est possible d’obtenir des photocopies de documents dans la mesure où ils sont en bon état et non reliés. Les photographies sans flash sont acceptées.

Télécharger le règlement de la salle de lecture
Réutiliser des informations publiques, quelles sont les règles à respecter

Quels sont les fonds consultables en salle :

 Les archives modernes de la ville de Cahors (postérieures à la Révolution)

  • Les registres de délibérations du conseil municipal depuis 1790,
  • Les registres des arrêtés du maire depuis 1847,
  • Les registres de recensement de la population depuis 1827,
  • Les tables décennales et registres d’état civil de 1793 à 1898 (les registres postérieurs sont conservés au service de l’état civil),
  • Les planches du cadastre napoléonien,
  • Les états de section et matrices cadastrales de la fin du 18e siècle à 1983,
  • Les plans d’alignement du 19e siècle,
  • Les permis de construire depuis 1927 (lacunaire entre 1927 et 1945),
  • Des dossiers sur les bâtiments communaux, …

  Les archives contemporaines (à partir du 1er janvier 1983)

  • Les fonds de la Communauté de communes du Pays de Cahors, du Grand Cahors,
  • Les archives des syndicats intercommunaux préexistants (voirie, transports par exemple),
  • Les archives du Centre communal d’action sociale et celles du Centre intercommunal d’action sociale,
  • Les archives de l’ancien abattoir municipal de Cahors.

Attention, le fonds ancien (archives antérieures à la Révolution) de la Ville de Cahors (y compris les registres paroissiaux) a été déposé en 2004 aux Archives Départementales du Lot qui en assurent la conservation, le classement et la communication. Un répertoire méthodique provisoire a été réalisé par le personnel des Archives départementales du Lot.

 

Consulter les archives en ligne 

La Ville de Cahors investit chaque année, avec l'aide financière de la DRAC, dans la restauration et la numérisation de son patrimoine historique. Les documents listés ci-dessous, ne sont consultables que sous leur forme numérique dans un souci de préservation des originaux :

  • Les registres des délibérations du conseil municipal depuis le 13e siècle jusque 1898,
  • Les recensements de population de 1827 à 1946,
  • Les plans du cadastre napoléonien (1812),
  • Les plans d'alignement de 1823 et 1860,
  • Les plans de Cahors à différentes époques,
  • Les plans de certains bâtiments communaux (la halle aux grains, la bourse du travail, l'hôpital, la maison de l'eau)

La Ville de Cahors n'ayant pas numérisé ses registres d'état civil, il convient de se rapporter au site des archives départementales du Lot sur lequel vous trouverez en ligne la collection du greffe. Les deux collections ne sont pas rigoureusement identiques.

►►Consulter ici

 

Document du moment
programme_musical_AMC – 3 J 1- .jpg
Authors: 

programme_musical_ndeg4_copie.jpg, par Csquassina

Cote archives  du document : AMC-3J1

Entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, plusieurs orchestres ont ravi les amateurs de musique : L’Orphéon, Les Enfants de Cahors, La Lyre Cadurcienne, l’Avenir Cadurcien, Les Amis de l’Harmonie, l’Orchestre symphonique… 
Le programme présenté ici est le 9e que la société des Concerts offre à ses membres honoraires le mercredi 17 janvier 1906 au théâtre de Cahors. Il se compose de trois parties au cours desquelles l’Orchestre symphonique de Cahors joue Mozart, Gluck, Haendel, Scarlatti, Beethoven, Gounod ou encore Bizet, pour ne citer que les compositeurs les plus connus. 

En troisième partie est jouée « Maïa. Scène lyrique » : le texte est de Fernand Beissier (il s’est inspiré du « Roman d’un spahi » de Pierre Loti) et la musique de Philippe Gaubert, prix de Rome 1905, compositeur, flûtiste et chef d’orchestre. Le conservatoire de musique et théâtre du Grand Cahors porte, depuis 1994, le nom de ce grand musicien né dans notre ville le 5 juillet 1879 (il est décédé à Paris le 8 juillet 1941). Un square, situé près du pont Louis-Philippe lui rend hommage depuis 1936. Ami du peintre Henri Martin, ce dernier l’a représenté dans son triptyque « Le monument aux morts de Cahors ». En 2018, une plaque a été apposée sur la façade de sa maison natale, 133 rue Etienne Brives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pop-up_03.jpg

pop-up_03.jpg, par Csquassina