• archives1.jpg
  • archives3.jpg
  • archives2.jpg

Accéder aux archives

Les archives

archives.jpg

archives.jpg, par Csquassina

Le Service des archives rouvre au public à compter
du lundi 30 novembre et sur rendez-vous uniquement.
Le port du masque est obligatoire ainsi que le lavage des mains avant consultation de documents.
Pour prendre rendez-vous :  05 65 20 88 11 ou archives@mairie-cahors.fr

Les archives municipales constituent la mémoire collective d'une ville. Aujourd’hui mutualisées entre celles de la Ville de Cahors et le Grand Cahors, elles rassemblent les documents publics des institutions et ceux d’origine privée (particuliers, associations, entreprises). Les archives des communes du Grand Cahors sont consultables auprès des communes concernées ou aux Archives départementales du Lot pour celles de moins de 2 000 habitants.

Consulter les archives en salle de lecture 

L'accès à la salle de lecture est gratuit et ouvert à tous après inscription, sur présentation d’une pièce d’identité valide avec photographie (carte d’identité, passeport, permis de conduire). Les archives sont ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 (17h le vendredi). 

Il est possible d’obtenir des photocopies de documents dans la mesure où ils sont en bon état et non reliés. Les photographies sans flash sont acceptées.

Télécharger le règlement de la salle de lecture
Réutiliser des informations publiques, quelles sont les règles à respecter

Quels sont les fonds consultables en salle :

 Les archives modernes de la ville de Cahors (postérieures à la Révolution)

  • Les registres de délibérations du conseil municipal depuis 1790,
  • Les registres des arrêtés du maire depuis 1847,
  • Les registres de recensement de la population depuis 1827,
  • Les tables décennales et registres d’état civil de 1793 à 1898 (les registres postérieurs sont conservés au service de l’état civil),
  • Les planches du cadastre napoléonien,
  • Les états de section et matrices cadastrales de la fin du 18e siècle à 1983,
  • Les plans d’alignement du 19e siècle,
  • Les permis de construire depuis 1927 (lacunaire entre 1927 et 1945),
  • Des dossiers sur les bâtiments communaux, …

  Les archives contemporaines (à partir du 1er janvier 1983)

  • Les fonds de la Communauté de communes du Pays de Cahors, du Grand Cahors,
  • Les archives des syndicats intercommunaux préexistants (voirie, transports par exemple),
  • Les archives du Centre communal d’action sociale et celles du Centre intercommunal d’action sociale,
  • Les archives de l’ancien abattoir municipal de Cahors.

Attention, le fonds ancien (archives antérieures à la Révolution) de la Ville de Cahors (y compris les registres paroissiaux) a été déposé en 2004 aux Archives Départementales du Lot qui en assurent la conservation, le classement et la communication. Un répertoire méthodique provisoire a été réalisé par le personnel des Archives départementales du Lot.

 

Consulter les archives en ligne 

La Ville de Cahors investit chaque année, avec l'aide financière de la DRAC, dans la restauration et la numérisation de son patrimoine historique. Les documents listés ci-dessous, ne sont consultables que sous leur forme numérique dans un souci de préservation des originaux :

  • Les registres des délibérations du conseil municipal depuis le 13e siècle jusque 1898,
  • Les recensements de population de 1827 à 1946,
  • Les plans du cadastre napoléonien (1812),
  • Les plans d'alignement de 1823 et 1860,
  • Les plans de Cahors à différentes époques,
  • Les plans de certains bâtiments communaux (la halle aux grains, la bourse du travail, l'hôpital, la maison de l'eau)

La Ville de Cahors n'ayant pas numérisé ses registres d'état civil, il convient de se rapporter au site des archives départementales du Lot sur lequel vous trouverez en ligne la collection du greffe. Les deux collections ne sont pas rigoureusement identiques.

►►Consulter ici

 

Document du moment
 
texte de 1815

texte de 1815, par Csquassina

UN RALLIEMENT DE CIRCONSTANCE MAIS CONDITIONNEL

La 1ère Restauration a entraîné partout le ralliement aux Bourbons. Le retour de Napoléon - les Cent Jours - a obtenu la même ferveur exprimée ici avec quelques réserves.
Le règne de Louis XVIII a-t-il déjà déçu les Français dont les Cadurciens ?
L’adresse à l’Empereur exprime la volonté de paix et de bonheur par le biais d’une constitution. « Le bonheur, une idée neuve en Europe » a dit Saint Just. Son affirmation ici est dans l’héritage révolutionnaire. La paix demandée s’explique par la lassitude engendrée par les guerres napoléoniennes, pas toutes gagnées mais qui ont fait l’Europe napoléonienne dominée par la France. Deux lotois célèbres y ont leur place : Bessières et Murat.
Il y a de l’opportunisme dans ce ralliement à l’Empereur revenu mais le soutien sera fondé démocratiquement par un texte constitutionnel voté.
L’abdication de Napoléon après Waterloo a entraîné un nouveau ralliement à la royauté.

Le maire de Cahors était alors Pierre Benoît François de Regourd de Vaxis (1813-1830). Il fut aussi conseiller général (1816-1830) et député (1820-1830). Il avait été fait Chevalier de la Légion d’honneur le 8 septembre 1814 et officier de l’ordre royal de la Légion d’Honneur le 21 août 1822 par le Roi Louis XVIII. Un quartier de Cahors porte le nom de cette famille.

Transcription de l’Adresse à Napoléon Ier votée lors de la séance du conseil municipal du 23 avril 1815 (registre coté 1D16) 

Monsieur le maire a soumis à l’assemblée un projet d’adresse à sa Majesté l’Empereur. Ce projet ayant été mis aux voix, l’adresse a été adoptée à l’unanimité ainsi que suit.

Sire,

La ville de Cahors a été l’une des premières du midi à se rallier autour de l’étendard national, ses habitants instruits par vingt-cinq années de Révolution et soupirant après un gouvernement libéral et pacifique, ont accueilli avec transport la nouvelle du retour de votre Majesté.

Venez  allier, Sire, aux lauriers qui ceignent votre front, une gloire non moins réelle en assurant à la France un bonheur durable sous l’influence d’une Constitution acceptée par les Français et religieusement observée, alors le trône impérial que la nation a élevé et soutenu par tant d’efforts généreux que son extrême lassitude l’avait forcée d’abandonner un moment, le trône que l’éclat de  cent victoires n’a pu préserver d’un écroulement, deviendra inébranlable puisqu’il aura pour appui le bonheur et l’amour du peuple.

Tels sont Sire, les sentiments et les vœux de votre bonne ville de Cahors, que votre Majesté daigne en agréer l’hommage respectueux et compter sur son entier dévouement toutes les fois qu’il s’agira de défendre l’intégrité du territoire, la Constitution qu’elle attache aux assemblées, le maintien des droits de votre auguste dynastie.

 

 

 

.