Document du moment


Régulièrement, et souvent en lien avec l’actualité, le service des archives vous propose un document accompagné d’un court commentaire. Par la diversité des époques et des typologies, cette rubrique se veut un panorama de la richesse et de la diversité des fonds conservés.

Image
Artificier

Célébrer le 14 juillet

Le 14 juillet est une date particulièrement importante pour les Français. Nous avons tous en tête la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. La population parisienne, craignant l’intervention des troupes royales concentrées autour de Versailles et Paris, cherche à récupérer des armes et des munitions et investit les Invalides puis la Bastille. En parallèle, des fédérations locales de gardes nationaux sont créées dans toutes les provinces. Pour marquer le 1er anniversaire de la prise de la Bastille, une fête des fédérations est organisée le 14 juillet 1790 qui se veut aussi célébration de l’unité nationale. Mais il faut attendre la IIIe République avec la loi du 6 juillet 1880 pour que le 14 juillet devienne « jour de fête nationale annuelle » marquant l’enracinement de la République, après la victoire des Républicains aux élections législatives de 1876 et l’accession à la présidence du Républicain Jules Grévy.

Depuis, dans les communes de France, les manifestations ont conjugué défilés militaires et festivités populaires. Á Cahors, des feux d’artifice ont régulièrement été organisés comme ici en 1899. Commande a été passée à un artificier Toulousain, M. Floutier, dont l’entête dit que sa manufacture, fondée en 1840, est la plus ancienne de Toulouse. Le programme de 1899, dont les archives conservent un récit précis, nous permet de vivre ces journées de fêtes : salves d’artillerie et sonnerie des cloches le 13 juillet au soir pour annoncer la fête nationale, suivies d’une retraite aux flambeaux par la musique, les tambours et clairons du 7e Régiment d’Infanterie avec un départ de la place Thiers (actuelle place Charles de Gaulle). L’Orphéon et la Société l’Avenir cadurcien clôturent la soirée avec un concert donné sur la terrasse de l’hôtel de ville. Le 14 juillet, à 8 heures du matin, la commission administrative du bureau de bienfaisance assure une distribution de pain aux indigents. A 8h30, le commandant d’armes passe en revue les troupes de la garnison sur le boulevard Gambetta. A 10 heures, il est déjà temps de célébrer à l’hôtel de ville le mariage des rosières. L’après-midi se succèdent un concert de l’Orphéon au théâtre de la ville et un bal d’enfants sur les allées Fénelon. En soirée, le feu d’artifice est tiré en face du quai Ségur suivi par l’embrasement du square et un bal public sur les allées Fénelon. La population est invitée à pavoiser et illuminer les habitations pour donner à la journée du 14 juillet « toute la splendeur que comporte la Fête de la République et de la Nation ».

Document : Ordre d’expédition du feu d’artifice sur papier en-tête de l’entreprise toulousaine Floutier (AMC – 1 J 60)