• bibliotheque.jpg

L'Inventaire général

Créé en 1964, l'Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France a pour mission de recenser, étudier et faire connaître l'ensemble du patrimoine de la France. L'enquête d'inventaire du patrimoine de Cahors, lancée en 1987 et conduite par les services de l’Etat jusqu’en 2004, représentait plus de 1 600 notices "architecture", 572 notices "mobilier" et près de 19 600 documents graphiques. Fin 2005, le service patrimoine de la ville de Cahors a été chargé par convention avec l’Etat de poursuivre ce travail de l'Inventaire.

Depuis 2009, la Ville de Cahors, par convention avec la Région Occitanie, poursuit ce travail. Cet inventaire s'enrichit de jour en jour, notamment grâce à l'enquête de révision du PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Secteur Sauvegardé) et plus largement à l'ensemble des travaux, sur la ville, suivi par l'archéologue du bâti chargée de mission inventaire. Les données ainsi recueillies sont mises en ligne régulièrement sur le site de la Région Occitanie

atelier_modillon-vpah.jpg

atelier_modillon-vpah.jpg, par fmonge

Expertise archéologique du bâti

Une mission d’expertise archéologique menée au quotidien
saint-urcisse_coll_s_modillons_015-direction_patrimoine.jpg
saint-urcisse_coll_s_modillons_015-direction_patrimoine.jpg, par fmonge

Depuis la fin 2005, une mission d’expertise archéologique du bâti est menée au quotidien en complément de la mission d’inventaire. Une première visite, menée conjointement par l’UDAP et la direction du patrimoine et réalisée en préalable de tout projet, permet d'informer les propriétaires et les maîtres d'œuvre de la présence d'éléments remarquables - cheminées, escalier, sols, etc. - dont la conservation et la mise en valeur paraissent nécessaires ; l’archéologue du bâti, en complément, repère les indices historiques.

Selon les cas, cette visite peut être complétée, en fonction du projet, de sondages sur le parement des murs et dans les faux-plafonds qui permettent de mettre au jour des vestiges significatifs - décors et plafonds peints, placards muraux, anciennes baies, etc. - et de comprendre les différentes phases de construction et de modification d'un édifice au cours des siècles, l'objectif étant d’allier valorisation, préservation et qualité d’habiter.

Outre la collecte d'informations précieuses sur l'histoire du bâtiment et, plus largement, sur celle de la ville, cette investigation archéologique permet d’apporter des informations complémentaires qui sont utiles dans l’instruction des autorisations par l’Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine (UDAP) et en fonction, de réajuster les préconisations à l'adresse du propriétaire et de l'architecte pour la finalisation du projet de réhabilitation.

Loin d'être une contrainte, la présence d'un archéologue contribue à la connaissance du patrimoine de la ville et participe à sa mise en valeur grâce à un travail pédagogique auprès des propriétaires et des maîtres d'œuvre. Les échanges réguliers entre tous sont la garantie d'une bonne coordination des interventions et d'une meilleure qualité de restauration contribuant à donner un nouveau visage à la ville de Cahors et à en augmenter l'attractivité touristique.

Renseignements pratiques

Bien avant la concrétisation du projet de réhabilitation, le Direction du patrimoine invite l'ensemble des acteurs (propriétaires, architectes, entreprises) à prendre contact avec la conservatrice en chef du patrimoine pour une première visite des lieux en compagnie d’un technicien de l’UDAP afin d'évaluer l'intérêt patrimonial et repérer les éléments remarquables.  En fonction du projet, les compétences de l'archéologue du bâti seront requises au stade des sondages.

Nous rappelons que tous les travaux de réhabilitation – intérieurs et extérieurs – sont, dans les Sites Patrimoniaux Remarquables, soumis à l'autorisation de l'Architecte des Bâtiments de France.

Ravalement de façades

La politique de reconquête du Site Patrimonial Remarquable engagée par la Municipalité, qui a conduit à la révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV), les enjeux patrimoniaux, mais aussi les engagements propres au label Villes et Pays d’art et d’histoire, ainsi que les exigences qualitatives de Grands Sites, rendent nécessaire une restauration de qualité des façades de ces maisons et immeubles de ville ainsi que des rez-de-chaussée dévolus aux activités commerciales.

Le dispositif exceptionnel mis en place grâce au soutien financier de la Région Occitanie mais également du département et du Grand Cahors, s'adresse désormais à tout propriétaire ou co-propriétaire d'immeuble situé en Site Patrimonial Remarquable.

La restauration du patrimoine doit être systématiquement associée à toute intervention de réhabilitation. Cette restauration visera à mettre en évidence l'épaisseur historique de la ville et, notamment, son patrimoine médiéval.
A ce titre, tous travaux seront précédés de sondages et, lors des découvertes d'intérêt, les maçonneries seront conservées et les éléments le justifiant seront restitués.

 

Fermeture partielle de Divonéo 
 

Jeudi 18 avril 2019
de 8h à 11h et de 14h à 17h

En raison du déroulement de l’épreuve de l’option natation du baccalauréat, le grand bassin du complexe aquatique sera fermé au public le jeudi 18 avril 2019 de 8h à 11h et de 14h à 17h. 
En revanche, l’espace balnéo-détente et les bassins aqualudique et d’apprentissage restent accessibles. 
Le Grand Cahors remercie, pour leur compréhension, les usagers de cet équipement.

Informations au 05 65 20 82 40
 
divoneo.jpg

divoneo.jpg, par Csquassina