Tribunes libres

Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur. 

Cahors Ensemble et Autrement

Le temps des changements

À mi-mandat, Jean-Marc VAYSSOUZE et Elsa BOUGEARD ont aussi quitté leurs postes. Après 3 ans d’implication sans faille en qualité de conseiller municipal d’opposition avec notre groupe Cahors Ensemble et Autrement, Daniel MORER a également pris la décision de démissionner. Nous tenons à rendre hommage à l’implication, l’énergie et l’enthousiasme qu’il a déployé à défendre les idées de notre groupe et des électeurs qui ont voté pour nous. Il était un passionné, un technicien de premier ordre et pour lui, les chiffres des comptes publics n’avaient aucun secret. Nous lui souhaitons tout le bonheur du monde.
Thierry DEBREUX, suivant de liste, prendra sa place au sein du conseil municipal à compter du début d’année 2024.
Le 16 octobre, Jean Luc MARX a repris le fauteuil de premier magistrat de la ville.
Nous pressentons et espérons qu’avec ce changement, une communication s’engagera et qu’une meilleure collaboration avec la ville pourra se mettre en place. Nous réitérons à travers ses lignes, notre proposition de rencontre entre la majorité municipale et les oppositions dans l’intérêt de notre ville.
Nous vous souhaitons d’excellentes fêtes et une belle année 2024.

Cécile Cisse Lescure, Thierry Lorin, Thierry Debreux – Cahors Ensemble et Autrement

Publiée le 08/01/2024

Cap à Gauche

Cap à Gauche

Elu communiste après la démission d’Elsa Bougeard qui a défendu avec brio les valeurs portées par la liste Cap à Gauche, j’ai défendu lors de mon installation l’idée d’un Cessez le feu immédiat à Gaza.
« L’affirmation de la paix est le plus grand des combats » Jean Jaurès.
La commune est un réseau de proximité unique, un puissant moyen de résistance et de constructions nouvelles face aux logiques libérales, c’est d’ailleurs pourquoi elle est dans le collimateur du pouvoir qui la prive de moyens financiers.
La République est malmenée par le pouvoir macroniste et les soutiens fortunés qui étrillent les ménages modestes. Une municipalité de gauche doit se donner pour mission de la réparer.
On n’en prend pas le chemin à Cahors. Un exemple : en 2023, la taxe foncière est devenue insupportable pour les propriétaires aux revenus modestes. Or elle va augmenter, par le fait du gouvernement, de 7 % alors qu’il faudrait la baisser.
Par ailleurs, la hausse injuste (+22 %) de la taxe des OM déjà pointée comme anormale par la CRC, et au traitement problématique, côtoie un tarif de l’eau assainie de 5,30 € le m3 qui flirte avec les plus chers. Pour ne rien dire de la hausse des tarifs cantines et de cette invraisemblable taxe de 11 € pour un TGV qui ne desservira pas Cahors, pendant que POLT s’écroule !
Fort du soutien de cette gauche combative sortie largement en tête à gauche aux législatives et présidentielle de 2022, je compte bien consacrer le mandat au devenir de la commune pour qu’elle soit en définitive en harmonie avec tout ce qui vit à Cahors, se révolte, lutte et se développe dans la société civile et citoyenne cadurcienne.

Gérard Iragne – Cap à Gauche

Publiée le 08/01/2024

Cahors en Transition

Le mandat tournant

Une dernière tribune pour moi, encore plein d’autre de Cahors en transition.
Dans notre programme nous nous sommes engagés en faveur du mandat municipal tournant afin de revitaliser l’engagement citoyen et garantir une représentation équitable.
Ce format repose sur un principe fondamental : aucun élu local ne devrait être en place « indéfiniment ». En instaurant une telle rotation régulière les risques d’enracinement du pouvoir sont éliminés et la participation citoyenne active est favorisée.
L’un des avantages majeurs réside dans sa capacité à offrir une diversité constante de perspectives et d’idées au sein de l’organe décisionnel. Trop souvent, les mandats prolongés conduisent à une concentration excessive du pouvoir entre les mains d’une élite, entraînant une stagnation des politiques et une déconnexion avec les besoins réels de la population.
Je pense qu’il contribue à la réduction des conflits d’intérêts potentiels et à la promotion de la transparence. En limitant la durée de chaque mandat, les opportunités d’accumulation et le favoritisme diminuent, ce qui renforce la confiance des citoyens dans leurs représentants.
En conclusion, le mandat municipal tournant représente un pas audacieux mais nécessaire vers une démocratie locale plus dynamique, inclusive et responsabilisante. Il est temps d’embrasser le changement et de placer la démocratie au cœur de notre gouvernance locale.
Je mets donc fin à mon mandat de conseiller municipal pour que celui d’Isabelle Eymes commence et que continue celui de cahors en transition.

François Duchesne – Cahors en Transition

Publiée le 08/01/2024