• tribunes1.jpg

Tribunes libres

Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur. 

Un nouvel élan pour Cahors

Éteignez la lumière, (coupez l'eau), et commencez le cinéma !

 Les chantiers publics vont bon train en ce printemps 2019, l'énorme bloc de béton du cinéma est monté, bientôt la toiture du Musée apparaîtra, vos trottoirs sont goudronnés, avec un objectif évident, celui de tout inaugurer fin 2019, début 2020 pour les élections municipales.

On vous prend vraiment pour des naïfs, comme si vous ne vous doutiez pas que tout cela coûte beaucoup d'argent, 11 millions d' € par ci, 8 millions d’€ par là et l’on vous assure que "ce n'est pas cher, c'est subventionné". Certes, mais par qui ? Par vous bien sûr ! Par vos impôts à tous les niveaux, État, Région, Département, Commune et Communauté d'agglomération.

Si tous ces projets avaient été moins prétentieux, on aurait pu économiser plusieurs millions d'€. La politique est malade de ce qui ressemble fort à un besoin irrépressible de laisser une trace de son mandat (Maire, Ministre... tous concernés). Un parking pour l’un, un cinéma pour l’autre... Et si, de plus, était strictement appliquée la loi des 35 h dans la fonction publique, vos charges seraient fortement allégées, au terme de plusieurs années, pour 100 € de taxe foncière que vous payez actuellement ce pourrait n'être que 60 €. Mais le film que vous allez voir est tellement bon, pourquoi vous embêter avec cela ?

Brigitte Rivière et Jean-Luc Maffre - Les Républicains

Mon parti c'est Cahors

Baisse de l’activité et idées de grandeur

 Depuis 40 ans les villes moyennes ont privilégié l’ouverture et l’extension de commerces périphériques, entrainant la disparition d’un mode de vie citadin où l’activité principale du centre et des quartiers provenait de la diversité des commerces. 355 hypermarchés en 1977, 2179 en 2017 ; 2989 supermarchés en 1977, 6193 en 2017 (Le Monde 16/03/19). Les surfaces commerciales croissent plus rapidement que la population, créant un déséquilibre. Le résultat est qu’aujourd’hui, dans la métropole toulousaine par exemple, le Décathlon de 5000m2 installé récemment à La Cépière vient de fermer !

 A Cahors, au lieu de revitaliser le centre ville en soutenant l’activité commerciale de proximité, le maire et ses adjoints multiplient les projets démesurés. Ils voulaient bétonner la colline du secteur de Labéraudie mais la Commission Nationale d’Aménagement Commercial a retoqué le projet à la demande des commerçants cadurciens (cf notre dernière tribune libre).

 Pour se consoler, le Cœur de Ville verra l’implantation d’un nouveau blockhaus de 7 salles de cinéma totalement surdimensionné qui va coûter 11,4 M d’€, à l’heure où dans tout le territoire, les multiplexes ne parviennent pas au seuil d’équilibre financier. Mais Cahors aura son « Grand Palais », témoignage désolant de la mégalomanie ambiante de nos édiles.

Michel Grinfeder – Mon Parti c’est Cahors

Cahors à gauche

Mobilité(s)

 Le nouveau rond point sur la RD 820 (contournement de Cahors) devrait fluidifier la circulation dans le secteur de la zone commerciale de Labéraudie. Malheureusement, tout est fait, une fois de plus, pour le « tout voiture ». On nous parle aussi de sécurité, mais quand est-il de la sécurité des vélos ? Comment rouler sans stress, en vélo, avec la prolifération des giratoires ? Quel itinéraire emprunter pour aller de Labéraudie à Regourd, et vice versa ? Si les pouvoirs publics ne créent pas les bonnes conditions de circulation pour les deux roues, nous ne serons pas surpris que ce type de déplacement ne soit pas plus pratiqué.

 D’autre part, le Grand Cahors réfléchit sur la gratuité du transport en commun (bus Évidence). En effet, le renouvellement du marché aura lieu en juillet prochain. Un cabinet d’étude est à « l’œuvre » sur d’éventuelles modifications d’horaires et d’itinéraires, il travaille dans ses bureaux, statique, avec les derniers chiffres de fréquentation, drôle de méthode pour étudier la mobilité. Pas de consultation dans les lieux de vie, les quartiers, ni dans les lieux d’activité, entreprises, administrations. Pas de participation des usagers, ni de potentiels usagers, à la réflexion sur de probables et pertinents aménagements.

 À Cahors à Gauche, nous demandons à ce qu’un Plan de Déplacement Urbain (voir périurbain) soit mis à l’étude. Que ce PDU prenne en compte tous les acteurs, tous les usagers, en toute concertation. Que tous les modes de transport soient considérés, non pas en opposition, mais en complémentarité. Que les déplacements doux soient favorisés pour gagner en énergie, et que des infrastructures soient réalisées en conséquence.

Christophe Tillie – Cahors à gauche

©Cahors l'humain d'abord

Grand-Cahors… J’écoute…

C’est ce que vous répondra l’agent d’accueil si vous téléphonez à la mairie de Cahors ! Vous souhaitez vous connecter au site de la mairie, vous tomberez sur un site commun Ville et Grand Cahors. Idem pour l’office de tourisme, Cahors/Saint Cirq-Lapopie…

Tout mutualiser, ou abandonner au privé (élagage, gestion du stationnement, rédaction des comptes-rendus des séances du Conseil municipal, construction d’un cinéma privé sur fonds 100 % publics), voilà la tendance forte qui prévaut à Cahors. Tout ceci semble découler du bon sens, d’une saine gestion des deniers publics. Pourtant, selon Romain Gary : « Il faut se méfier d’un excès de lucidité ou de bon sens : La vie y laisse quelques fois ses plus belles plumes » !

Exemple flagrant : La mutualisation des personnels Cahors/Grand Cahors : La ville stabilise ses effectifs, mais la diminution de l’attribution de compensation, consécutive à la mise en place de services communs, se traduit par une baisse des ressources pour la ville ! (Source : page 52 du Rapport de la Chambre Régionale des Comptes du 18/12/2018).

Cahors perd petit-à-petit son identité, ses compétences, son autonomie. Lorsque l’on est à la fois Maire et Président du Grand-Cahors, rien de gênant. Pour les cadurcien-ne-s, cela l’est un peu plus.

 Stéphane Castang – @Cahors l’humain d’abord