• tribunes1.jpg

Tribunes libres

Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur. 

Cahors Ensemble et Autrement

L’impossible exercice démocratique à CAHORS

Les conseils municipaux se suivent et se ressemblent, la majorité faisant preuve de peu d’ouverture aux propositions de l’opposition. Depuis le début de notre mandat, nous n’avons pu faire modifier qu’une seule délibération en demandant que le principe de laïcité soit inscrit dans le règlement des accueils péri scolaires. Une autre de nos interventions a attiré l’attention du conseil sur l’intérêt de sensibiliser et former les agents de la collectivité au repérage et à l’accueil des victimes de violence conjugale. De toute évidence, il aurait été difficile que la majorité ne tienne pas compte de ces propositions. Toutes les autres interventions sont restées lettres mortes ! Vous me direz : « C’est le jeu »… Nous avons effectivement deux conceptions différentes de l’engagement économique et social de la ville, deux conceptions différentes de l’exercice de la démocratie. Mais la catégorisation et la discrimination de nos idées sont réelles et nos interventions sont rejetées pour des motifs parfois étonnants : quand nous proposons d’augmenter la subvention pour le Centre Communal d’Action Sociale afin d’initier de nouvelles actions, on nous oppose des arguments financiers ou pire encore, que c’est la première fois que l’opposition à Cahors se préoccupe du social ! Quand nous affirmons que certains postes de dépense sont trop importants, en particulier le budget alloué à la rénovation du musée et du parc Tassart, on nous dit que la culture est essentielle. Essentielle, oui, c’est certain ! Mais pas à n’importe quel prix ! Plus largement, il nous semble que, présenter une délibération, ce ne devrait pas être seulement exposer et faire valoir son avis, mais aussi et même surtout, pouvoir accepter d’être exposé à des positions ou des arguments contradictoires, permettant de redéfinir de façon concertée des compromis et de nouvelles actions pour le bien-être de tous. Ceci donnerait du sens à la démocratie locale.

Françoise de Meixmoron, Daniel Morer, Thierry Lorin – Cahors Ensemble et Autrement

Publiée le 02/05/2022

Cap à Gauche

Ce qui s’offre à nous

Au moment où ses lignes sont écrites, seul le résultat du premier tour des élections présidentielles est connu. Nous ne connaissons donc pas l’issue définitive d’un scrutin qui impacte si fort nos vies. En revanche, entre un ultra-libéral et une fasciste, nous savons que les questions qui touchent à notre quotidien ne seront pas abordées, ni même effleurées : faire face au dérèglement climatique, en finir avec l’appauvrissement du grand nombre des gens, changer de Constitution pour que les citoyens interviennent dans la vie politique autrement que tous les 5 ans.
Le sujet de cette tribune peut sembler éloigné de la vie de Cahors. Il n’en est rien. Nous avons vu s’exercer avec M. Macron - le président des riches - les politiques austéritaires et leurs conséquences sur le fonctionnement de notre ville. Mais nous ne sommes pas dupes et savons que l’extrême-droite en face de lui rajoute l’infamie du racisme à la même idéologie libérale.
La séquence qui s’est ouverte le 10 avril dernier a pourtant montré qu’une large frange de la société française, ouverte, jeune ou populaire aspire à un autre monde. C’est aussi le cas dans notre commune, où le vote sur Cahors a clairement fait apparaitre des idées de fraternité, de partage et l’intérêt pour les questions écologiques. Nous pouvons encore mettre en échec les politiques de régression qu’on nous annonce, en privant le président ou la présidente élu.e d’une majorité au parlement. Mieux, nous pouvons construire une majorité réellement au service du peuple et des intérêts communs. Et parce que nous savons que seules les batailles que nous ne menons pas sont perdues, nous affirmons plus que jamais qu’un autre monde est possible !

Elsa Bougeard – Cap à Gauche

Publiée le  02/05/2022

Cahors en Transition

L’espoir

Au moment où j'écris ces lignes, nous sommes le lendemain du premier tour.
Les débats sur l'écologie ont occupé moins de 5 % le temps d'antenne consacré à la campagne présidentielle.
Le GIEC a rendu son troisième rapport et nous donne 3 ans pour changer les choses. Il insiste tout particulièrement sur la nécessité d’une mutation profonde de nos industries.
Aucun des candidats du 2e tour ne base sa campagne sur l'écologie.
Localement, nos élus de la majorité sont passés maîtres dans le greenwashing, ils ne prennent aucune mesure véritablement écologique.
Il ressort du rapport du GIEC, que la survie de l'humanité passera par la décroissance et la sortie du système capitaliste.
Puisque je suis papa, puisque la résignation serait l'assurance de l'échec, je n'ai pas le droit de perdre espoir. Aujourd'hui, comme beaucoup d'entre vous, j'ai la nausée. Dès demain, il nous faudra tous reprendre le chemin de la lutte contre l'inaction climatique, redoubler d'efforts et de persévérance, pour construire ensemble un avenir enviable.

GIEC: Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat Greewashing: (de l’anglais green, vert et wash, laver), en français : écologie de façade, désigne une méthode de communication utilisée par une administration publique dans le but de se donner une image socialement et/ou environnementalement responsable assez éloignée de la réalité.

François Duchesne – Cahors en Transition

Publiée le 02/05/2022

 

ascension_2022.jpg

ascension_2022.jpg, par Csquassina